Past Exhibitions
Past Exhibitions
For Immediate Release.
Cristina Iglesias
Exposition du 10 novembre au 23 décembre 2011
 
La galerie Marian Goodman est heureuse d’annoncer une nouvelle exposition de Cristina Iglesias. Au rez-de-chaussée seront présentées trois grandes sérigraphies ainsi que la sculpture Vers la terre, et au sous-sol, trois autres sculptures de la même série intitulées Pozos (Puits). Le film Guided Tour III, projeté dans la crypte au sous-sol, emmènera le spectateur sur les sites de différentes œuvres de l’artiste à travers le monde, dans les villes, dans la nature ou dans les musées. 
 
Dans ses sérigraphies récentes, l’artiste poursuit ses recherches sur l’articulation entre sculpture, dessin et photographie. Pour les réaliser, elle construit une maquette avec des boîtes en carton sur lequel elle dessine ; elle photographie cette maquette puis dessine son projet de sculpture sur le tirage photographique ; enfin elle agrandit l’image à taille humaine, pour ensuite la sérigraphier sur de grandes plaques d’inox. 
 
Cette série présente ses études pour une sculpture destinée au Souk de Beyrouth. Les sérigraphies offrent un accès inédit et original aux recherches de l’artiste, à son imagination, ses essais, son travail en atelier et à la genèse de ses sculptures. Ici elle a travaillé principalement sur les jeux d’ombres et de lumière créés par des grilles suspendues au dessus du sol. 
 
Les traits légèrement flous dus à l’impression sérigraphique, les reflets de la surface métallique et la représentation d’espaces imaginaires contribuent à installer une ambiance étrange et onirique. 
 
La pièce centrale Vers la terre (2011) et les Pozos (2011) sont de grands blocs de granit qui, lorsqu’on s’en approche, révèlent un monde surprenant : à l’intérieur apparaissent des cavités profondes tapissées d’un enchevêtrement de racines ou de feuillages en bronze ou inox ensevelis sous l’eau qui coule selon différents cycles temporels et différents mouvements, rappelant une source, une cascade ou un puits. Le granit et le bronze sont en fait des imitations obtenues grâce à des matériaux industriels de pointe avec lesquels l’artiste travaille régulièrement. Les cubes contiennent un univers intérieur complexe, mais qui se prolonge également à l’extérieur dans les miroirs qui bordent les bas-reliefs et créent un paysage infini. 
 
Plusieurs tensions sont à l’œuvre : la surface brillante et lisse de la structure géométrique s’oppose aux formes organiques et grouillantes de la topographie intérieure, et la végétation artificielle s’oppose à l’eau réelle. Un sentiment ambivalent en résulte : les bruits de l’eau apaisent tandis que la vision de cette nature pétrifiée et de ces trous noirs a quelque chose d’angoissant. L’artiste joue sur cette attirance et cette répulsion simultanées.
 
Le film présenté dans la crypte est le troisième volet d’une série intitulée Guided Tour, qui propose un parcours à travers le monde pour découvrir une partie des œuvres de l’artiste. Guided Tour III montre principalement ses sculptures installées dans l’espace public, en ville ou en pleine nature. Les images donnent une idée du dialogue très profond instauré entre les œuvres et leur environnement et montrent qu’à travers elles on regarde la nature ou la ville autrement. On découvre par exemple la porte d’entrée monumentale en bronze qu’elle a créé pour l’extension du Musée du Prado à Madrid, ou sa récente sculpture Estancias Sumergidas (2010) immergée à quinze mètres dans la mer au large de l’Etat de Baja Californie au Mexique, devenue un monument symbole de la protection des fonds marins. 
 
Commençant à travailler à la fin des années 1980, Cristina Iglesias a élargi et enrichi le vocabulaire de la sculpture en y incorporant ses intérêts pour la littérature, l’architecture ou la géologie. Ses œuvres très sensuelles jouent avec l’espace, la lumière et les confrontations entre différents matériaux comme le ciment, l’albâtre, le bronze, le verre, la résine, le raphia, l’eau ou le miroir, qu’elle associe souvent à des motifs végétaux (feuilles, bambou, branches). Elle réalise également de grandes sérigraphies sur soie, cuivre, ou inox, représentant des maquettes de ses sculptures, où l’échelle est manipulée et déformée. Les grottes, les labyrinthes et les jardins l’inspirent particulièrement pour les environnements qu’elle construit et qui convoquent la perception et l’expérience physique du spectateur, entre visibilité et invisibilité, distance et détail. 
 
Cristina Iglesias prépare actuellement un projet pour la Biennale de Sydney de 2012 et une grande exposition rétrospective et itinérante qui débutera au Musée Reina Sofia de Madrid en janvier 2013. Elle travaille également sur deux commandes importantes : un jardin labyrinthe pour Inhotim (Institut d’art contemporain et Jardin botanique) à Minas Gerais au Brésil, et une œuvre pour la ville de Tolède en Espagne qui célébrera l’héritage culturel chrétien, juif et musulman, en collaboration avec Artangel. 
 
De nombreuses expositions personnelles lui ont été consacrées dans des institutions dont la Fondazione Arnaldo Pomodoro, Milan (2009-2010), la Pinacoteca Sao Paulo (2009), le Ludwig Museum, Cologne (2006), le Irish Museum of Modern Art, Dublin (2003), la Whitechapel Gallery, Londres (2003), le Musée Serralves, Porto (2002). Elle a représenté l’Espagne aux Biennales de Venise de 1986 et 1993. 
 
Parmi les expositions de groupe auxquelles elle a récemment participé, on peut citer la Triennale de Folkestone, Royaume-Uni (2011), elles@centrepompidou, Centre Pompidou (2009), On History/Sobre la Historia, Fondation Santander Central Hispano, Madrid (2006), Big Bang, Centre Pompidou (2005-2006). En plus des commandes publiques pour la porte du Musée du Prado (2007) et la sculpture immergée au Mexique (2010), elle a notamment réalisé une sculpture en hommage aux victimes du terrorisme pour le Parlement basque en Espagne (2008) et une fontaine pour le Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers (Deep Fountain, 2006).
 
----------------------------------------------------------
 
Cristina Iglesias
Exhibition from 10 November to 23 December 2011

Marian Goodman Gallery is pleased to announce an exhibition of new works by Cristina Iglesias. In the first floor gallery will be three large silk-screens as well as the sculpture Vers la Terre (Towards the Ground), and downstairs will be three other sculptures from the same series titled Pozos (Wells). The film Guided Tour III projected in the back gallery, leads the viewer through the sites of different works by the artist around the world, in cities, in nature and in museums.
 
In her recent silk-screens, Iglesias continues to explore the intersection of sculpture, drawing and photography. She begins by constructing a sculptural model from cardboard on which she has drawn. She photographs this model, and then again draws her sculpture project on the photographic print. The image is finally enlarged and silk-screened on big sheets of stainless steel.
 
This series presents her studies for a sculpture destined for the Souk in Beirut. The works offer an unprecedented and original access to the artist’s project, and her imagination, her writings, her practice and the genesis of her sculptures. Here she worked principally on the play of shadows and light created by the hanging structures.
 
The silk-screen print process gives a slightly blurred effect, which combined with the reflective metallic surface and the representation of imaginary spaces all contribute to a dream-like atmosphere.
 
The central sculpture Vers la Terre (2011) and the Pozos (2011) first appear as large square blocks of granite. Upon approach, they reveal a surprising interior world, deep recesses covered in a thick tangle of roots and leaves in bronze or stainless steel covered in water running at different speeds and movements, recalling a spring, a waterfall or a well. The granite and the bronze are in fact high-tech imitations made from industrial materials that the artist often works with. The cubes contain a complex universe, which is also extended outside by the mirrors around the bas-reliefs that create an infinite landscape. 
 
These works exploit several interactions: the shiny and smooth surface of the geometric structure is opposed to the organic and crawling forms of the interior topography, and the artificial vegetation is juxtaposed to the real water. The result is a mixture of emotions: the sound of running water sooths while the vision of the petrified nature and the dark holes gives a sense of foreboding. The artist plays with this simultaneous attraction and repulsion.
 
The film screened in the lower gallery is the third in the Guided Tour series, which proposes a tour around the world to discover some of the artist’s works. Guided Tour III is mainly concerned with the public sculptures installed in cities or in nature. It illustrates the profound dialogue between Iglesias’ works and their environments. The film shows, for example, the monumental entrance door made in bronze for the extension of the Prado museum in Madrid, and her recent sculpture Estancias Sumergidas (2010), submerged 15 meters under water off the coast of Baja California in Mexico, which has become a monument to the protection of the underwater world.
 
Working since the late 1980’s Cristina Iglesias expanded and enriched the sculptural vocabulary by incorporating her interests in literature, architecture and geology. Her sensual works play with space, light and the juxtaposition of different materials like cement, alabaster, bronze, glass, resin, raffia, water or mirror, that she often associate with vegetation patterns (leaves, branches, bamboo). Iglesias also makes large silk-screens on silk, copper or stainless steel, representing models of her sculptures, where the scale is altered and manipulated. The artist’s sculptural environments are particularly inspired by grottos, labyrinths and gardens, which give the spectator an experience between the visible and invisible, distance and detail.
 
Cristina Iglesias is preparing a project for the 2012 Sydney Biennial and a large travelling retrospective exhibition, which will debut at the Museo Reina Sofia in Madrid in January 2013. She is also working on two important commissions: a garden labyrinth for INHOTIM (Institute for Contemporary Art and Botanical Garden) in Minas Gerais in Brazil, and a work for the city of Toledo in Spain, which will celebrate the city’s Christian, Jewish and Muslim cultural traditions, in collaboration with Artangel. 
 
Numerous solo shows of her works were organized in institutions such as the Fondazione Arnaldo Pomodoro, Milan (2009-2010), Pinacoteca Sao Paulo (2009), Ludwig Museum, Cologne (2006), Irish Museum of Modern Art, Dublin (2003), Whitechapel Gallery, London (2003), Museo Serralves, Porto (2002). She represented Spain at the 1986 and 1993 Venice Biennales. 
 
Among her recent group shows we can mention the Folkestone Triennial, United-Kingdom (2011), elles@centrepompidou, Centre Pompidou, Paris (2009), On History/Sobre la Historia, Foundation Santander Central Hispano, Madrid (2006), Big Bang, Centre Pompidou (2005-2006). As well as her commissions for the Prado Museum door (2007) and the submerged sculpture in Mexico (2010), she created a sculpture to honour the victims of terrorism for the Basque Parliament in Spain (2008) and a fountain for the Royal Museum of Fine Arts in Antwerp, Belgium (Deep Fountain, 2006).