Past Exhibitions
Past Exhibitions
AN-MY LÊ 

20 April – 27 May 2017 

Opening reception: Thursday 20 April, 6-8 PM
 
 
 
“My attachment to the idea of landscape is a direct extension of a life in exile.”  - An-My Lê
 
 
Marian Goodman Gallery Paris is pleased to present the first exhibition of An-My Lê’s work in France. Born in Saigon in 1960, as a child, An-My Lê spent several years in Paris, a city where her parents had lived and were married in the late 1950s. In 1975, in the wake of the war, her family left Vietnam permanently and emigrated to the United States. In the mid-1980s, she worked in France as a photographer for the Compagnons du Devoir. Over the course of four years, she documented architectural restorations and inventoried historical monuments, just as Eugène Atget had done in his time. This seminal experience, along with the artist’s personal history, influenced her deeply humanist oeuvre. “I aspire to achieve a certain lyrical objectivity. It is more about patterns of behavior than the specificity of it, which perhaps allows for a larger understanding of history and culture.”
 
For her first solo exhibition in Paris, An-My Lê presents The Silent General, a collection of new color photographs, first unveiled a few weeks ago at the Whitney Biennale in New York (on view until June 11, 2017). She is also showing black-and-white images from earlier series, including Viêt Nam, Small Wars, and 29 Palms.
 
An-My Lê’s latest project, The Silent General, takes its title from a fragment of Walt Whitman’s Specimen Days which is devoted to the American general and statesman Ulysses S. Grant. In this poetic autobiographical narrative, written in 1882, which blends personal history and national events, the author sets down his memories of the Civil War era (1861–65). The seven photographs made over the past two years in various places near or in New Orleans, Louisiana, are evocative of Whitman’s essay. The images are the result of the observation of different aspects of contemporary life in the South. However, in contrast to the photojournalist aesthetic always in close proximity to the subject, Lê keeps a distance, following the tradition of nineteenth-century landscape photography. Allusions to the past are woven into the scenery: the film set whose action unfolds against the backdrop of a famous Civil War battle, or a statue commemorating a Confederate army general. Other pictures represent archetypal motifs from American Southern history and heritage, such as a sugar cane field, churchgoers leaving the service, or anonymous laborers at work. The Silent General reveals just how much history continues to mark the territory and the people who inhabit it, and neatly encapsulates An-My Lê’s ambition: “Instead of seeking the real, I began to ground the imaginary. The landscape genre or the description of people’s activity in the landscape lent itself well to this way of thinking.”
 
29 Palms (2003–04) and Small Wars (1999–2002), together with Viêt Nam (1994–98), retrospectively compose a trilogy. 29 Palms follows the US Marine Corps training camp located in the high deserts of California. For months at a time, An-My Lê observed soldiers training before they were sent on a mission to Iraq or Afghanistan. Using an unwiedly large-format camera and 5x7 inch negatives, Lê mainly captured the soldiers in moments of rest or inactivity: she emphasized scale and the natural surroundings in which they interacted, adopting the approach taken by such early war reporters as Roger Fenton who, during the Crimean War (1853 -56) would only take “decent” pictures of the front lines – that is to say, free of any violence or direct combat. In so doing, Lê photographed a kind of fabricated situation or collective fiction. The expansive 29 Palms training grounds have been utilized by the US military since the 1960s but its eerie topographic and climatic similarities to regions of Iraq and Afghanistan approximate an uncanny theater of war for the conflicts in the Middle East. The photographer reveals the camp as a simulacrum, in the way that Jean Baudrillard defines it: “The simulacrum is never that which conceals the truth—it is the truth which conceals that there is none. The simulacrum is true.”
 
The series Small Wars similarly hinges on this ambiguity, and an uninformed viewer could be misled as to the nature of the images. For four consecutive summers, Lê “infiltrated” a group of individuals who, as a hobby, reenact, as accurately as possible, Vietnam War battles in Virginia and North Carolina. To gain better access to their “playground”, An-My Lê actively took part in their training sessions, agreeing to play various “enemy” roles, disguised as a member of the Viet Cong or a Vietnamese People’s Army soldier. Her photographs neither cast judgment on this pastime, nor on the people who engage in it; rather, they challenge our views of how a war may be commemorated. “Many people find the attitude of Vietnam War reenactors disturbing. And yet, by comparison, Hollywood’s obsession with films incessantly staging this war doesn’t seem to bother anybody. In my opinion, the fascination originates in the dialog between experience and chaos versus memory and fabrication which develops between these two worlds.” As in her other series, Lê is particularly attentive to the natural environment. “Working with the Vietnam war reenactors I became fascinated by the significance of the landscape in terms of strategic meaning. Every hilltop, bend in the road, group of trees, and open field became a possibility for an ambush, an escape route, a landing zone, or a campsite.”
 
The exhibition extends to Librairie Marian Goodman to include An-My Lê’s first photographic project devoted to Vietnam, carried out eighteen years after her exile and departure. The compositions are no longer located at the intersection of fiction and reality, but instead at the junction of two realities: the country’s own reality and that of An-My Lê’s memories. While the initial idea was to retrace her childhood and produce autobiographic still-lifes, the project took on a life of its own, and evolved into a sensitive portrait of a land where she traveled between city and countryside, and between North (Hanoi and the areas where her mother’s family came from) and South (Hô Chi Minh City, formerly Saigon the state capital where she was born). 
 
An-My Lê lives and works in Brooklyn, New York. A graduate of Stanford University, she also holds a Masters of Fine Arts from the Yale University School of Art. She is a professor of Photography at Bard College in New York where she has taught since 1999. She has had solo exhibitions at several museums in the United States, including the Baltimore Museum of Art in 2013; Dia: Beacon in 2006–07; and MoMA PS1 Contemporary Art Center in New York in 2002. From 2006 to 2008 her exhibition Small Wars was featured at a dozen museums around the United States and Great Britain, including the San Francisco Museum of Art and the Museum of Contemporary Photography, Colombia College, in Chicago. In France, her work was featured in the group exhibition Topographies de la Guerre at Le BAL in Paris in 2011.
 
An-My Lê is the recipient of numerous awards and grants: in 2012 she was awarded the John D. and Catherine T. MacArthur Foundation Fellowship; in 2010, the Louis Comfort Tiffany Foundation Award; and in 2004 the John Gutmann Photography Fellowship. An-My Lê’s photographs belong to the collections of such international institutions as the Museum of Modern Art, the Metropolitan Museum of Art in New York, the Museum of Contemporary Photography in Chicago, as well as the Bibliothèque Nationale de France in Paris. 


AN-MY LÊ 

20 avril – 27 mai 2017 

Vernissage jeudi 20 avril de 18h à 20h 
 
 
« Mon attachement à l’idée du paysage est une extension directe d’une vie en exil. » An-My Lê
 
La Galerie Marian Goodman est heureuse de présenter la première exposition d’An-My Lê en France. Née à Saïgon en 1960, An-My Lê passe plusieurs années de son enfance à Paris, ville où ses parents avaient vécu et s’étaient mariés à la fin des années 1950. En 1975, à la suite de la guerre, sa famille quitte définitivement le Vietnam pour se réfugier aux Etats-Unis. Au milieu des années 1980, elle travaille en France en tant que photographe pour les Compagnons du Devoir.  Pendant quatre ans, elle documente des restorations architecturales et inventorie des monuments historiques comme l’avait fait en son temps Eugène Atget. Cette expérience fondatrice, tout comme son histoire personnelle, marque son œuvre profondément humaniste. «  J’aspire à atteindre une certaine objectivité lyrique. Il s’agit plus d’observer des types de comportement que de s’attacher à l’un en particulier. Ce qui permet  peut-être une meilleure compréhension de l’histoire et de la culture. »
 
Pour sa première exposition personnelle à Paris, An-My Lê présente The Silent General, un ensemble de nouvelles photographies en couleur, dévoilé pour la première fois il y a quelques semaines à la Biennale du Whitney Museum de New York (jusqu’au 11 juin 2017). Elle montre également des œuvres en noir et blanc issues de ses précédentes séries : Viêt Nam, Small Wars et 29 Palms
 
Le nouveau projet d’An-My Lê, The Silent General, emprunte son titre à un chapitre du livre de Walt Whitman Specimen Days consacré au général et homme d’état américain Ulysses S. Grant. Dans ce récit autobiographique et poétique de 1882 où se mêlent histoire personnelle et récit national, l’auteur livre ses mémoires et ses souvenirs de l’époque de la guerre de Sécession (1861-1865). Les sept photographies prises ces deux dernières années dans divers lieux de Louisiane, à La Nouvelle Orléans et aux alentours, invoquent l’esprit du livre de Whitman. Les images sont des observations de divers aspects contemporains de la vie au sud des Etats-Unis. Loin de l’esthétique du reportage photographique où le regard se place toujours au plus près de son sujet, celui d’An-My Lê se tient à distance, dans la tradition de la photographie de paysages du 19e siècle. Des allusions au passé s’insinuent dans les paysages ; comme ce tournage de film ayant pour toile de fond une célèbre bataille de la guerre de Sécession, ou encore ce monument érigé à la mémoire d’un général de l’armée confédérée. D’autres images montrent des motifs archétypaux de l’histoire et de l’héritage du Sud, comme un champ de canne à sucre, une sortie de messe ou des travailleurs anonymes à la tâche. The Silent General révèle à quel point l’histoire continue de marquer un territoire et la société qui l’habite, et réflète bien l’ambition d’An-My Lê : « Au lieu de rechercher le réel, j’ai commencé à retenir l’imaginaire. Le genre du paysage ou celui de la description des activités humaines dans le paysage se prête bien à ce type de réflexion. » 
 
29 Palms (2003-4) et Small Wars (1999-2002) forment restrospectivement avec Viêt Nam (1994-1998) une sorte de trilogie. 29 Palms a pour sujet le camp d’entraînement militaire du corps des Marines américains installé dans le désert californien. An-My Lê y a suivi pendant de longs mois les exercices de soldats avant leur envoi en mission en Irak ou en Afghanistan. Avec une chambre photographique de format 5x7 pouces, An-My Lê saisit les soldats dans des moments d’attente, de répit, mettant davantage l’accent sur les décors naturels dans lesquels ils évoluent, dans la lignée des premiers reporters de guerre tels que Roger Fenton qui, pendant la guerre de Crimée (1853- 1856), avait choisi de ne prendre du conflit que des clichés « décents », c’est-à-dire dépouvus de violence ou de scènes de combat. An-My Lê photographie surtout une forme de mensonge, de fiction collective. Le vaste site d’entraînement de 29 Palms, bien qu’utilisé par l’armée américaine depuis les années 1960, présente de troublantes similarités topographiques et climatiques avec certaines régions d’Irak ou d’Afghanistan, constituant ainsi un étrange théâtre de guerre pour les conflits du Moyen-Orient. La photographe fait apparaître le camp en tant que simulacre, au sens où Jean Baudrillard le définit : « Le simulacre n’est jamais ce qui cache la vérité – c’est la vérité qui cache qu’il n’y en a pas. Le simulacre est vrai ».  
 
La série Small Wars joue également sur une ambiguité et un visiteur non averti pourrait se méprendre sur la nature des images. An-My Lê s’est « infiltrée » pendant quatre étés consécutifs au sein d’un groupe d’individus dont le passe-temps consiste à recréer le plus fidèlement possible des scènes de la guerre du Vietnam en Virginie et en Caroline du Nord. Pour pouvoir avoir accès à leur « terrain de jeu », elle a participé activement à leurs rencontres et entraînements, acceptant d’incarner différents rôles « ennemis » déguisée en vietcong ou en soldat de l’armée nord-vietnamienne. Les photographies ne portent aucun jugement sur ce hobby ni sur ces hommes qui le pratiquent, mais questionnent la manière dont une guerre peut être rememmorée. « Beaucoup de gens trouvent inquiétante l’attitude des adeptes des jeux de reconstitution de la Guerre du Vietnam. Pourtant, comparativement, l’obsession d’Hollywood pour tous ces films mettant en scène inlassablement cette guerre ne dérange personne. A mon avis, la fascination réside dans le dialogue que ces deux mondes tissent entre expérience et chaos versus mémoire et fabulation ». Comme dans ses autres séries, une attention particulière est portée sur l’environnement naturel. « En collaborant avec les “reenactors” de la Guerre du Vietnam j’ai été fascinée par l’importance du paysage en tant que signification stratégique. Chaque sommet de colline, virage, groupe d’arbres ou champ suggérait une possible ambuscade, une échappatoire, une zone d’aterrissage ou un site de campement ». 
 
L’exposition se poursuit à la librairie Marian Goodman avec le premier projet photographique d’An-My Lê consacré au Vietnam, entrepris dix-huit ans après son exil. Les compositions se situent, non plus au croisement de la fiction et de la réalité mais plutôt à l’intersection de deux réalités, celle du pays et celle des souvenirs d’An-My Lê. Si l’idée première était de retourner sur les pas de son enfance et de réaliser des natures mortes autobiographiques, le projet évolue rapidement vers un portrait sensible du pays qu’elle sillone de villes en campagnes, du nord (Hanoi et les terres d’origine de sa famille maternelle) au sud (Hô-Chi-Minh-Ville, anciennement Saïgon la capitale où elle est née). 
 
An-My Lê vit et travaille à Brooklyn, New York. Diplômée en science de l’Université de Stanford, elle a également obtenu un Master of Fine Arts à Yale University School of Art. Depuis 1999 elle est professeure associée au département de photographie du Bard College à New York. De nombreux musées aux Etat-Unis lui ont consacré une exposition personnelle, c’est le cas du Baltimore Museum of Art en 2013, du Dia: Beacon en 2006-2007 ou encore du MoMA PS1 Contemporary Art Center à New York en 2002. De 2006 à 2008, son expositon « Small Wars » a été présentée dans une dizaine de musées aux Etats-Unis et au Royaume-Uni ; au San Francisco Museum of Art et au Museum of Contemporary Photography, Colombia College, à Chicago entre autres.  En France, son travail a pu être remarqué dans l’exposition collective Topographies de la Guerre au BAL à Paris en 2011. 
 
An-My Lê a reçu de nombreuses prix et récompenses : en 2012 elle remporte le John D. and Catherine T. MacArthur Foundation Fellowship, en 2010 le Louis Comfort Tiffany Foundation Award ou encore le John Gutmann Photography Fellowship en 2004. Les photographies d’An-My Lê font partie des collections d’institutions internationales telles que le Museum of Modern Art (MoMA) et le Metropolitan Museum of Art de New York, le Museum of Contemporary Photography de Chicago ou la Bibliothèque Nationale de France. 
 
 
Press contact:
Raphaële Coutant raphaele@mariangoodman.com or + 33 (0)1 48 04 70 52