Past Exhibitions
Past Exhibitions
SABINE MORITZ
Dawn

October 28 – December 3, 2016
Opening reception: Thursday October 27, from 6 to 8pm 
 
 
 
“When I’d been in the East, I’d had a strong desire to leave; but when I was out, I felt completely lost.
And some years later I started to draw, and then I would draw what I could remember from my childhood.”  
-Sabine Moritz 
 
 
Galerie Marian Goodman is delighted to announce an exhibition of new works by Sabine Moritz. For this event, a two-volume catalogue encompassing more than seventy five reproductions, a conversation between the artist, Etel Adnan, and Hans Ulrich Obrist, as well as a poem by Etel Adnan will be published.
 
Dawn features recent oil paintings and, for the first time, a series of seven abstract works. For Moritz, painting is a lengthy process: it is not unusual for her to delay working on a painting for months, even years. Indeed, she confesses: “I build-up, I add, maybe erase, and then add some more layers. I watch my paintings for a very long time, and then I see, “Oh, I have to add more or I have to change something.” Nevertheless, they get ready.
 
Sabine Moritz often creates two paintings deriving from the same inspiration. With Ghost Town 1 and Ghost Town 2, she used a photograph published in the newspaper following the aftermath of the Fukushima disaster. The two works represent a dog in an abandoned city, but the first distinguishes itself from the second by having tighter framing and greater density of paint. Paradise (Deception Island 2) and Dusk address similar subjects—a ship off the coast of a mountainous landscape—but the color palette and stylistic approach differ. These paintings exude a sense of tranquility, and evoke a feeling of melancholy and lingering. The critic Christine Mehring notes that suspension of time is a force majeure in Sabine Moritz’s artwork: “real time is deferred for Moritz’s characters in the same way as it is for the audience when it views her work and for the artist when she makes it.
 
Flowers, especially roses and lilies, are one of the most prominent themes found in Mortiz’s paintings. “I often draw or paint flowers that I have in my studio, and the painting of these flowers is a representation of the present, in which you find yourself thinking about distant times, as in a sort of daydream.Two Peonies and Orchid are accompanied, for the first time, by two “vanities.” 
 
The exhibition also includes an exceptional ensemble of works on paper, notably the series Storm, featuring an abandoned cabin. The artist photographed this small structure while on a walk near Munich before representing it on paper with graphite. A dozen years later, she reproduced this drawing through lithography, with each print growing stronger in color. This process enabled her to create multiple versions of the same scene, reflecting variations in the environment, lighting, and atmosphere she imagined. 
 
Moritz frequently reiterates the same motifs in her art, as we have seen in her earlier works on helicopters and warships. Throughout her oeuvre, no one image ever seems inert. Varying a recurrent theme may also be an attempt to counteract the persistence of fading memories. In this case, the cabin takes on a symbolic dimension, as a container of memory. 
 
Hans Ulrich Obrist highlights that: “Sabine’s work is very much concerned with memory, personal as well as historical.” Her new series Laboratory is a fascinating and detailed exploration of a fictive place linked to memories of her youth. 
 
These drawings are the continuation of a series started in 1993, bearing the same title, for which Moritz was determined to recreate her chemist father’s laboratory where he worked when she was a child, and where he was also the victim of a fatal accident. Regarding her new drawings, Moritz elaborates: “I try to imagine different rooms. These rooms do not exist in reality, (…) but in my mind they are situated around the place where my father worked. (…) In the drawings, the rooms look quite empty, with strange surfaces and objects.” 
 
The drawings, nonetheless, resemble those completed over twenty years ago. For both series, “the drawings in particular stage a stark contrast between seductive color and bland off-white, minute detail and gaping holes, precision and blankness, zoom and crop, seen and unseen, presence and absence, information and the lack thereof. Tangential objects and spaces – Bunsen burners and test glasses, sinks and showers and tiles, windows and–displace the brutality of the accident Moritz knew so little about. In that sense, this body of work decidedly transcends the personal story that inspired it.
 
Sabine Moritz was born in 1969 in Quedlinburg, between Hannover and Leipzig in East Germany. As a child, she lived in Lobeda near Jena. Before the fall of the Berlin Wall, she immigrated with her family to West Germany, which made her feel like an exile. She first lived in Darmstadt, then Offenbach and Düsseldorf, where she studied at Hochschule für Gestaltung and at Kunstakademie, respectively. Today, Sabine Moritz lives and works in Cologne. 
 
She has had solo exhibitions in Germany, France, and the United Kingdom. In 2013, her work was exhibited at the Foundation de 11 Lijnen in Oudenburg in Belgium. Her work has also been published by Verlag der Buchhandlung Walter König as well as Heni Publishing. 
 
The exhibition catalogue will be available at the opening on Thursday October 27th. The evening will start at 6pm, with a poetry reading by Etel Adnan at 7pm, followed by a presentation of the publication by Hans Ulrich Obrist. 
 
 
press contact:  
Raphaële Coutant 
raphaele@mariangoodman.com or + 33 (0)1 48 04 70 52 
 
 
 
«  Quand j’étais à l’Est, j’avais un très grand désir de partir ; mais quand je me suis retrouvée de l’autre côté, je me suis sentie complètement perdue. 
Quelques années plus tard, j’ai commencé à dessiner, et alors je me suis mise à dessiner tout ce que je pouvais me rappeler de mon enfance.» Sabine Moritz 
 
 
La Galerie Marian Goodman a le plaisir d’annoncer une exposition des nouvelles œuvres de Sabine Moritz. A cette occasion sera publié un catalogue en deux volumes, comprenant plus de soixante-quinze reproductions, une conversation entre l’artiste, Etel Adnan et Hans Ulrich Obrist ainsi qu’un poème d’Etel Adnan.
 
Dawn rassemble de nouvelles peintures à l’huile et pour la première fois, une série de sept peintures abstraites. Pour Sabine Moritz la réalisation d’une peinture est un processus qui s’inscrit dans la durée. Ainsi il n’est pas rare qu’elle interrompe l’élaboration d’un tableau pendant des mois, voire des années. Elle confie d’ailleurs: « Je construis, j’ajoute, parfois j’efface, puis je rajoute. Je regarde mes peintures très longtemps, et alors, je vois qu’il faut que je rajoute ou change quelque chose. Mais enfin, je les conclus.» 
 
Sabine Moritz réalise souvent deux peintures à partir d’une même inspiration. Avec Ville Fantôme 1 et Ville Fantôme 2, elle a utilisé une photographie parue dans la presse à la suite de la catastrophe de Fukushima. Si les deux versions représentent un chien dans une ville abandonnée, la seconde se distingue par un cadre plus resserré et une touche plus dense. Paradis (Ile de la Déception 2) et Crépuscule traitent d’un sujet très similaire : un navire au large d’un paysage de montagnes, mais de nouveau la palette de couleurs et le traitement diffèrent. Ces peintures sont empreintes de tranquillité et dégagent un sentiment de mélancolie et d’attente. Pour la critique Christine Mehring la suspension du temps est une force majeure de l’art de Sabine Moritz : « le temps réel est suspendu pour les personnages de Moritz, de même qu’il l’est pour celui qui regarde l’œuvre et pour l’artiste en train de la réaliser. »
 
Les fleurs, en particulier les roses et les lys, figurent parmi ses thèmes de prédilections. « Je dessine et je peins souvent les fleurs qui se trouvent dans mon atelier. La peinture de ces fleurs est une représentation du présent, dans lequel on se surprend à penser à des époques lointaines, peut-être à la manière d’un rêve éveillé. » Deux pivoines et Orchidée sont pour la première fois accompagnées de deux « vanités ». 
 
L’exposition compte également un ensemble exceptionnel d’œuvres sur papier dont la série Tempête, dédiée à une cabane abandonnée. Cette petite maison, Sabine Moritz l’a photographiée lors d’une promenade dans les environs de Munich avant de la fixer au graphite sur papier. Une dizaine d’années plus tard,  elle a reproduit ce dessin grâce à la technique de la lithographie, chaque tirage devenant un support qu’elle a rehaussé de couleurs. Ce procédé lui a ainsi permis de créer de multiples versions qui traduisent des variations de l’environnement, de la lumière et de l’atmosphère qu’elle a imaginées. 
 
L’itération du même motif est fréquente dans la pratique de Moritz, comme en témoignent ses précédentes études sur les hélicoptères ou les navires de guerre. Ainsi dans son œuvre une même image semble n’être jamais figée. La variation sur un même thème peut être vue comme une tentative de contrer la dissipation d’un souvenir. Ici, la cabane revêt la dimension symbolique de réceptacle de la mémoire. 
 
Hans Ulrich Obrist souligne que « le travail de Sabine est en relation très étroite avec la mémoire, et s’enracine aussi dans sa propre mémoire. ». La nouvelle série Laboratoire est une fascinante et minutieuse exploration d’un lieu fictif lié à ses souvenirs de jeunesse. Les dessins poursuivent un cycle réalisé en 1993 portant le même titre, dans lequel Sabine Moritz s’attachait à recréer plus précisément le laboratoire où son père, chimiste, travaillait lorsqu’elle était enfant et où il fut victime d’un accident mortel. Au sujet des nouveaux dessins Sabine Moritz précise : « J’essaie d’imaginer différentes pièces. Ces pièces n’existent pas réellement, mais je les situe, dans mon esprit, autour de la pièce où travaillait mon père.(…) La pièce semble plutôt vide, avec des surfaces et des objets étranges. »
 
Le style des dessins est néanmoins proche de celui du cycle réalisé plus d’une vingtaine d’années auparavant. Dans les deux séries « les dessins présentent un contraste absolu entre les différents éléments, couleurs séduisantes et blanc cassé, menus détails et lacunes, précision et flou, zoom et coupure de l’image, visible et invisible, présence et absence, information et manque d’information. Les espaces et objets environnants – becs Bunsen et éprouvettes, éviers, robinets et carrelage, porte et fenêtres- évacuent la brutalité de l’accident dont Moritz sait si peu de choses. En ce sens ce groupe d’œuvres transcende résolument l’histoire personnelle qui l’a inspiré. »
 
Sabine Moritz est née en 1969 à Quedlinburg, entre Hanovre et Leipzig en Allemagne (ex RDA). Enfant, elle habite à Lobeda près d’Iéna puis, avant le Chute du mur de Berlin, elle émigre avec sa famille en Allemagne de l’ouest. Cet événement sera vécu comme un exil. Elle vit d’abord à Darmstadt, puis à Offenbach et à Düsseldorf où elle étudie respectivement à la Hochschule für Gestaltung et à la Kunstakademie. Sabine Moritz vit et travaille aujourd’hui à Cologne. 
 
Des expositions personnelles lui ont été consacrées en Allemagne, en France et au Royaume Uni. En 2013 elle expose à la Foundation de 11 Lijnen à Oudenburg en Belgique. Plusieurs catalogues de son travail sont publiés chez Verlag der Buchhandlung Walter König et Heni Publishing. 
 
Le catalogue d’exposition sortira à l’occasion du vernissage jeudi 27 octobre entre 18h et 20h. A 19h débutera une lecture de poèmes par Etel Adnan, suivie d’une présentation de la publication par Hans Ulrich Obrist. 
 
 
contact presse :  
Raphaële Coutant 
raphaele@mariangoodman.com ou + 33 (0)1 48 04 70 52