Past Exhibitions
Past Exhibitions

For Immediate Release
Dan Graham
5 September - 8 October, 2015


“Je veux montrer que nos corps sont liés au monde, que cela nous plaise ou non.”

- Dan Graham

La Galerie Marian Goodman a le plaisir d’annoncer une exposition de Dan Graham à compter du 5 septembre. Cette exposition s’inscrit dans une actualité importante de l’artiste en France ; une exposition personnelle est actuellement visible sur le toit de la Cité Radieuse de Marseille (MAMO) tandis que la Place Vendôme accueillera deux de ses œuvres à partir du 12 octobre.

Un nouveau pavillon (structure hybride, entre architecture et sculpture) constitué de deux parois incurvées en acier inoxydable et verre semi-réfléchissant sera présenté au rez-de-chaussée de la galerie. Destinée à un lieu public sans avoir un usage précis, l’œuvre Passage Intime invite les visiteurs à pénétrer dans l’intervalle concave situé entre ses parois. Lorsque deux personnes ou plus s’engagent simultanément dans ce passage, l’étroitesse de l’espace induit un contact physique furtif.

« Passage Intime peut être tout autant perçu comme un Tunnel de l’Amour, un étranglement effrayant, une expérience spatiale claustrophobe et inconfortable ou comme un moment d’intimité physique. Les parois convexes et concaves sont en verre semi-réfléchissant, simultanément réfléchissant et transparent de chaque côté. A l’intérieur du « passage », les gens observent en très gros plan leur regard et leur corps se déformer par un effet d’anamorphose (comme dans un miroir grossissant de salle de bain). Les gens à l’extérieur voient leur regard et le reflet de leur corps déformés par un effet d’anamorphose convexe. Les distorsions varient au gré de leurs déplacements. De l’intérieur ils perçoivent les distorsions optiques d’un miroir concave tandis que de l’extérieur ils voient les regards intersubjectifs de chacun superposés les uns aux autres. Leurs corps, en mouvement, se superposent également. Cette expérience ludique peut évoquer le « stade du miroir » de Lacan, lorsqu’un nourrisson perçoit pour la première fois son regard en relation avec celui de sa mère. » Dan Graham, 2015.

Chaque pavillon conçu par Dan Graham est caractérisé par une unicité de forme et de mise en scène, faisant du visiteur un acteur nécessaire à l’activation de l’œuvre. Depuis la fin des années 1970, Dan Graham a créé, pour des espaces verts ou des contextes urbains, plusieurs dizaines de ces pavillons qui, parfois, existent seulement sous forme de maquette architecturale. Ils sont issus de sources d’inspiration variées : les pavillons de la Renaissance, les jardins anglais du XVIIIe siècle, les folies du XIXe, les pavillons d’exposition temporaires, l’art conceptuel et minimal… L’emprunt du vocabulaire architectural, constant chez Graham, constitue une manière de souligner l’influence fondamentale de notre environnement dans la structuration de notre regard.

Indissociable des pavillons, le verre semi-réfléchissant (two-way mirror) évoque les immeubles de bureau construits depuis les années 1970, permettant à la lumière d’entrer dans l’édifice tout en garantissant sa confidentialité. Au delà des multiples jeux de reflets/réflexions, ce type de verre nous fait également prendre conscience du passé immédiat, notion clé dans le travail de Graham, héritée de Walter Benjamin et explorée dès le début des années 1970 au travers de ses dispositifs vidéo-performatifs.

L’exposition inclut également les dessins préparatoires du Children’s Pavilion (projet imaginé en collaboration avec Jeff Wall) ainsi que la projection de Don’t Trust Anyone Over Thirty (N’ayez confiance en personne de plus de trente ans), un opéra rock conçu et mis en scène par Dan Graham. Inédit en France, ce spectacle satirique qui allie musique rock n’ roll et théâtre de marionnettes, a été créé en 2004 en collaboration avec le marionnettiste Phillip Huber, le scénographe Laurent Berger sur une musique live de Japanther. Rodney Graham est l’auteur de la chanson du générique et Tony Oursler des projections vidéo. A l’instar de la série des pavillons, cette création (déjà présentée au Festival de Vienne, au Staatsopera de Berlin et au Walker Art Center de Minneapolis) est née de références aussi nombreuses qu’éclectiques ; du cinéma de Billy Wilder à la culture rock des années 1960-1970, à laquelle Dan Graham avait consacré un documentaire (Rock My Religion) au début des années 1980.

Ce que Don’t Trust Anyone Over Thirty met en avant par le biais du théâtre est la relation complexe que Graham entretient avec la notion de divertissement et de représentation. La plupart du discours critique développé pendant toute la carrière de Dan se retrouve en un seul et même spectacle. En tant que spectacle, son contenu est purement divertissant, purement distrayant.” Philippe Vergne in Don’t Trust Anybody in Dan Graham: Beyond, The MIT Press, Cambridge, 2009

Dan Graham est né en 1942 dans l’Illinois et a grandi dans le New Jersey. Il vit et travaille aujourd’hui à New York. Artiste inclassable et autodidacte, érudit et bibliophile, il est aussi critique et théoricien. Une grande exposition rétrospective de son œuvre a été présentée en 2009 au MoCA de Los Angeles, au Whitney Museum et au Walker Art Center. En 2014, il a été invité par le Metropolitan Museum de New York dans le cadre de The Roof Garden Commission tandis que la Fondation De Pont aux Pays-Bas proposait l’exposition Models and Beyond.

En France, de nombreuses institutions lui ont dédié des expositions personnelles et plusieurs pavillons existent d’ailleurs de manière pérenne comme à la Porte de Versailles à Paris, au parc de la Garenne Lemot à Clisson en Loire Atlantique ou au Domaine de Kerguéhennec en Bretagne. Parmi les musées internationaux qui ont accueilli le travail de Dan Graham, on peut citer Museum of Modern Art, New York ; San Francisco Museum of Modern Art ; Whitney Museum of American Art, New York ; Centre Georges Pompidou, Paris ; Museum of Modern Art, Oxford ; National Museum Of Modern Art, Kyoto et Tokyo. L’artiste a également participé à Documenta VII et X à Kassel et à Skulptur Projekte '87 et '97.

Actuellement, deux pavillons (Two Nodes et Tight Squeeze) sont exposés sur le toit de la Cité Radieuse de Le Corbusier (MAMO) à Marseille. Du 12 octobre au 12 novembre, Two Nodes et Passage intime seront présentés sur la Place Vendôme à Paris. L’artiste y a délibérément positionné les pavillons à des emplacements situés sur des axes de passage, permettant une interaction avec les piétons.

L’attachement profond que Marian Goodman voue à Paris l’a conduite à y ouvrir en 1995 sa première galerie en Europe. A l’occasion de l’anniversaire des vingt ans de la galerie parisienne, Marian Goodman a invité Christian Boltanski à présenter ses nouvelles œuvres. L’exposition Faire-part se tiendra du 22 octobre au 19 décembre 2015, le vernissage aura lieu le 22 octobre pendant la semaine de la FIAC. Boltanski, considéré comme l’artiste français vivant le plus connu sur la scène internationale, n’a pas eu d’exposition personnelle à Paris depuis 2010.

________________


“I want to show that our bodies are bound to the world whether we like it or not.”
-Dan Graham

Marian Goodman Gallery Paris is pleased to announce the opening of an exhibition of works by Dan Graham on September 5. The exhibition is part of a number of events involving the artist which are taking place in France. A solo exhibition is currently on view on the rooftop of the Cité Radieuse in Marseille (MAMO), while the Place Vendôme in Paris is going to feature Graham’s work beginning on October 12.

A new pavilion (a hybrid structure, between architecture and sculpture) made of two curved screens of stainless steel and two-way mirrors is going to be featured at the ground floor of the gallery. Intended for a public space, without having a specific purpose, the work Passage Intime invites visitors to enter inside the concave gap between the two partitions. When two or more persons enter the passageway simultaneously, the narrow space induces brief physical contact.

“Passage Intime can be seen as either a Tunnel of Love or as frightening tight squeeze, a claustrophobic and uncomfortable spatial experience or an intimate body moment. The concave/convex sides of the "Passage" are two-way mirror glass, both of which are simultaneously reflective and transparent. People inside the "passage" see their gaze and body are anamorphically distorted and very close-up (like a bathroom make-up mirror). People outside see a convex anamorphically distorted mirror of their gaze and body. As they move the distortion changes. People inside see optically concave mirror distortions and people outside the passage experience each other's intersubjective gazes superimposed on each other. Their bodies, in motion, are super-imposed on each other. This "fun-house" experience perhaps evokes Lacan's "mirror stage" experienced first by the child's gaze in relation to the mother's gaze.” Dan Graham, 2015

Each pavilion designed by Dan Graham possesses a unity of form and mise-en-scène, which makes the visitor a necessary agent in the production of the work. Since the late 1970s Dan Graham has created, for gardens or urban contexts, several dozen similar pavilions which sometimes exist only as architectural models. The sources of their inspiration vary: Renaissance pavilions, 18th-century English gardens, 19th-century follies, temporary exhibition pavilions, conceptual and minimal art… The adoption of architectural vocabulary, a staple element in Graham’s work, is a way of emphasizing how our environment fundamentally structures our gaze.

An integral part of the pavilions, the two-way mirror brings to mind office buildings built since the 1970s which allow light to enter the structure while protecting the privacy of those inside. In addition to the multifold play of reflection and reflexivity, this type of glass also makes us aware of the immediate past—a key notion in Graham’s work which he borrowed from Walter Benjamin and began exploring in the early 1970s through a variety of video-performances.

The exhibition also includes the preparatory drawings for the Children’s Pavilion (a collaboration with Jeff Wall) and the screening of Don’t Trust Anyone Over Thirty, a rock opera conceived and staged by Dan Graham. Never before shown in France, this satirical performance weds rock’n’roll music and puppet show. It was created in 2004 in collaboration with the puppeteer Phillip Huber, the set designer Laurent Berger, and set to live music by Japanther. Rodney Graham composed the theme song and Tony Oursler designed the video projections.

Like the pavilion series, this work (already shown at the Venice Festival, at the Staatsopera in Berlin, and at the Walker Art Center in Minneapolis) combines references as numerous as they are eclectic: from the cinema of Billy Wilder to the rock culture of the 1960s and 1970s, to which Dan Graham had devoted a documentary film (Rock My Religion) in the early 1980s.

What Don’t Trust Anyone Over Thirty emphasizes through the use of theater is Graham’s complex relationship with the notion of entertainment and representation. It actually weaves together in a spectacle much of the critical content of Graham’s career. And as a spectacle, its contents is pure fun, pure superfluous pleasure.” Philippe Vergne in Don’t Trust Anybody in Dan Graham: Beyond, The MIT Press, 2009.

Dan Graham was born in 1942 in Illinois and grew up in New Jersey. He now lives and works in New York. An unclassifiable and self-taught artist, erudite and bibliophile, he is also an art critic and theorist. A large retrospective of his work was shown in 2009 at MoCA in Los Angeles, at the Whitney Museum, and at the Walker Art Center. In 2014, he was invited by the New York Metropolitan Museum to participate in The Roof Garden Commission, whereas the Dutch De Pont Foundation presented the exhibition Models and Beyond.

In France, a number of institutions held exhibitions devoted to his work, and several pavilions are on long-term display at the Porte de Versailles in Paris, in the Garenne Lemot park in Clisson in the Atlantic Loire area, and at the Kerguéhennec domain in Brittany. Among the international museums which house Dan Graham’s work are the Museum of Modern Art, New York; San Francisco Museum of Modern Art; Whitney Museum of American Art, New York; Centre Georges Pompidou in Paris; Museum of Modern Art, Oxford; National Museum of Modern Art, Kyoto and Tokyo. The artist was also featured in Documenta VII and X in Kassel, and in the Skulptur Projekte ’87 and ’97.

At the moment, two pavilions (Two Nodes and Tight Squeeze) are being exhibited on the rooftop of the Cité Radieuse de Le Corbusier (MAMO) in Marseille. From October 12 to November 12, Two Nodes and Passage Intime will be installed at the Place Vendôme in Paris. The artist has deliberately positioned the pavilions in places which allow for interactions with passersby.

Marian Goodman has long cited a deep love for Paris as the impetus for opening her first European gallery here in 1995. On the occasion of the twentieth anniversary of the Paris gallery, Marian Goodman has invited Christian Boltanski to present his latest work. The exhibition Faire-part will be held from October 22 to December 19, 2015, and the opening will take place during FIAC (Paris International art fair). This will be a highly anticipated show as Christian Boltanski is generally considered France’s most famous living artist, but he hasn’t actually had a solo show in Paris since 2010.