Past Exhibitions
Past Exhibitions

For Immediate Release
Rineke Dijkstra
13 January - 21 February, 2015

La Galerie Marian Goodman Paris est heureuse de présenter, à partir du 13 janvier 2015, la troisième exposition personnelle de Rineke Dijkstra avec les nouvelles vidéos Marianna (The Fairy Doll) et The Gymschool, St Petersburg, toutes deux commandes de Manifesta 2014 (biennale européenne d’art contemporain) à l’occasion de la dernière édition de 2014.

Si Rineke Dijkstra est passée maître dans l’art du portrait photographique depuis sa première série d’adolescents sur les plages de Caroline du sud, de Pologne ou d’Ukraine (1992-2002), elle réalise également des portraits filmés depuis 1996. Avec Marianna (The Fairy Doll) nous faisons la connaissance d’une jeune danseuse classique en pleine séance de travail.

La vidéo suit une de ses répétitions dans un studio de danse de St Petersburg alors que la jeune fille s’apprête à passer une audition importante pour entrer à la prestigieuse académie de danse Vaganova.. Dijkstra nous livre un portrait touchant de cette apprentie ballerine, mélange de détermination et de fragilité, embrassant le rêve de millions de petites filles.

«Comme Marianna danse à la perfection, nous sommes d’abord enclins à croire à ce rêve et à penser que la jeune fille y croit aussi, la déception s’en trouve alors renforcée quand elle sort de son personnage par instants. La vraie Marianna est-elle celle qui danse de façon si parfaite, ne faisant qu’un avec son rêve, ou celle que l’on entrevoit à travers les failles de cette perfection ? » 1

Apparue en ex-URSS dans les années 1940, la gymnastique rythmique exige une grande souplesse corporelle et une discipline stricte. Lors d’un séjour à St Petersburg, Rineke Dijkstra est fascinée par les prouesses de jeunes gymnastes et décide de leur consacrer une étude. Contrairement aux enfants du même âge, ces petites filles sont entraînées à dissimuler leurs émotions et c’est seulement quand elles commettent une erreur dans leur chorégraphie qu’elles dévoilent un peu qui elles sont. The Gymschool, St Petersburg est projetée sur trois écrans au sous-sol de la galerie.

Ce n’est pas un hasard si Rineke Dijkstra s’intéresse particulièrement à cette période de transition entre l’enfance et l’adolescence, au cours de laquelle chaque individu, moins inhibé qu’à l’âge adulte, construit et affirme sa personnalité. Empli d’humanité et d’empathie, le regard de Dijkstra crée une vraie intimité avec ses jeunes modèles qui sont, dans la plupart de ses vidéos, filmés dans un décor minimaliste, s’inscrivant dans un présent immuable et proche de nous.

«Il y dans mon travail un aspect documentaire qui consiste à décrire des situations individuelles comme des exemples révélateurs de tout un contexte. Il y a aussi un aspect psychologique qui s’intéresse à l’attitude d’un individu en particulier dans une situation donnée. J’essaie de trouver un équilibre entre ce qui reflète un contexte général et ce qui relève de la sphère individuelle. » 2

Les films de Rineke Dijkstra fonctionnent comme un miroir. Nous observons comment des jeunes gens se comportent devant son objectif, jusqu’à ce qu’un faux pas leur fasse baisser la garde et révèle leur vraie personnalité, nous renvoyant à nous-même.

Rineke Dijkstra est née en 1959 à Sittard aux Pays-Bas et vit à Amsterdam. Elle a suivi ses études à l’académie Gerrit Rietveld à Amsterdam. Son travail photographique a été exposé dans les plus grands musées et biennales tels que la Biennale de Venise (1997 et 2001), la Biennale de Sao Paulo (1998) ou la Triennale de Photographie et Video du ICP de New York (2003). Une exposition rétrospective de son œuvre a été organisée en 2013 par le Musée Guggenheim de New York et le SF-MoMA de San Francisco. En France, le Jeu de Paume lui a consacré une exposition personnelle en 2007 qui a également voyagé au Fotomuseum Winterthur et au Stedelijk Museum à Amsterdam. Elle a reçu de nombreux prix internationaux, notamment le Kodak Award Nederland (1987), Art Encouragement Award Amstelveen (1993) et le Macallan Royal Photography Prize (2012). Actuellement The Krazyhouse (Megan, Simon, Nicky, Philip, Dee), Liverpool, UK, (2009) est présenté au Musée Guggenheim de Bilbao jusqu’au 1er mars 2015.

1 Hans Den Hartog Jager in Manifesta 10, St Petersburg Ermitage, Kasper König, 2014

2 Rineke Dijkstra, extrait d’un entretien avec Jean-Pierre Krief pour la série «Contacts», 2003

____________________________________________________________________________________ 

Marian Goodman Gallery Paris is pleased to present the third exhibition of works by Rineke Dijkstra. We will be showing two new videos: Marianna (The Fairy Doll) and The Gymschool, St Petersburg, both filmed in Russia and commissioned by Manifesta (European Biennial of Contemporary art) for its last edition in 2014.

Known for her internationally acclaimed series of beach portraits depicting teenagers on the beaches of South Carolina, Poland or Ukraine (1992-2002), Rineke Dijkstra has also been producing video portraits since 1996. In her video, Marianna (The Fairy Doll) we are introduced to a young classical dancer during a working session. The video follows one of her rehearsals in a St Petersburg studio as she prepares to audition for a place at the prestigious Vaganova ballet academy. Dijkstra delivers a touching portrait of this ballerina who has set out on the path to realize the dream of millions of young girls. This eloquent film bears witness to both Marianna’s determination and dedication as well as her fragility and vulnerability.

"Because Marianna moves so perfectly, we’re initially inclined to go along with that dream, even to believe that the girl herself believes in it- which makes the blow that much harder when she falls out of her role for a moment. Is she the real Marianna while dancing so perfectly, becoming at one with her dream, or when cracks begin to appear in that perfection?" 1

Rhythmic gymnastics, born in the ex-USSR in the 40s, demands incredible body flexibility and a strict discipline. While staying in St Petersburg, Rineke Dijkstra was fascinated by the skills of these young gymnasts and decided to conduct a study. Contrary to other girls of the same age these gymnasts are trained to conceal their emotions and it’s only when they make a mistake in their choreography that a glimmer of their real personality breaks through the controlled facade. The Gymschool, St Petersburg is projected on three screens in the downstairs gallery.

It is not by chance that Rineke Dijkstra is interested in the transition from childhood to adolescence; a time when every individual builds his or her own identity and begins to present themselves in the way they wish to be perceived. Full of humanity and empathy Dijkstra creates a real intimacy with her young models.

"In my work there is a documentary aspect which consists in describing individual situations as revealing examples of a whole context. There is also a psychological aspect which focuses on the attitude of a particular individual in a given situation. I am trying to find a balance between what reflects a general context and what is revealed of the individual sphere." 2

Rineke Dijkstra’s films behave like a mirror; we see how the young people position themselves in front of her lens, then through one false movement their guard is let down and their real personas are brought into sharp relief and reflected back at us.

Rineke Dijkstra, born in 1959 (Sittard, The Netherlands), lives in Amsterdam. She studied at the Gerrit Rietveld Academy in Amsterdam. Her photographic work have appeared in numerous international exhibitions and biennials such as the 1997 and 2001 Venice Biennial, the 1998 Sao Paulo Biennial or the 2003 International Center for Photography’s Triennial of Photography and Video in New York. 

A retrospective exhibition of her work has been organized in 2013 by the Guggenheim Museum, New York and the SF-MoMA, San Francisco. In France, le Jeu de Paume presented a solo show in 2007, which travelled also to Fotomuseum Winterthur and the Stedelijk Museum, Amsterdam. She is the recipient of several international awards including the Kodak Award Nederland (1987), the Art Encouragement Award Amstelveen (1993) and the Macallan Royal Photography Prize (2012). Currently her work The Krazyhouse (Megan, Simon, Nicky, Philip, Dee), Liverpool, UK (2009) is exhibited at the Guggenheim Museum, Bilbao until the 1st of March 2015.

1 Hans Den Hartog Jager in Manifesta 10, St Petersburg Ermitage, Kasper König, 2014
2 Rineke Dijkstra, excerpt from an interview with Jean-Pierre Krief for the series «Contacts», 2003