Past Exhibitions
Past Exhibitions
Presque rien
June 5 – July 31st, 2015
Opening Friday 5 June from 6 to 8.30 pm


Marian Goodman Gallery Paris is pleased to present Presque rien (Almost Nothing), an exhibition of selected works by Leonor Antunes, Christian Boltanski, Carol Bove, Nina Canell, Lygia Clark, Simon Fujiwara, Marine Hugonnier, Koo Jeong A, Seung-Taek Lee, François Morellet, Gabriel Sierra, Rayyane Tabet, Niele Toroni, Richard Tuttle and Cerith Wyn Evans.

If nothing usually evokes an absence, a lack or a void, it is often at the frontier of nothing in which these artists excel. Through an apparent simplicity, their works both move and impact on the viewer. The pieces displayed in the exhibition (drawings, photographs, paintings, sculptural objects, sculptures or 16mm film) share a similar aesthetic; one that is at once minimal and refined.  

By sticking together and painting tiny matchboxes whilst recovering from a serious illness in the 1960s, Lygia Clark (b. Belo Horizonte, 1920 – d. Rio de Janeiro, 1988), created the first of her Estruturas de caixas de fósforos. Alongside the Bichos series, these modular structures are among the most iconic of Clark’s works. Made in aluminum, the Bicho Linear (1960) (a bug or creature in English) is a unique three-dimensional and polymorphic object that, according to the artist, is deeply organic. 

Christian Boltanski (b. Paris, 1944) employs salvaged materials such as found photographs and worn-out clothes. The Scratch series (2010), made with images of the Album de la famille D., is covered with a sheet of painted glass that is partially scratched, a metaphor for the fragmented memories of a family. Characteristic of Boltanski’s visual language, the small frames made out of tinplate are softly illuminated, adding a mystical dimension to the work. 

Combining recovered objects of various natures and eras, Carol Bove (b. Switzerland, 1971) creates delicate arrangements, which often blur the boundaries of time. Triangles (2015), both monumental and light, is a chain curtain comprised of thousands of small silver beads.

Acclaimed for his ‘non-sculptures’ or ‘anti-sculptures’, Seung-Taek Lee (b. North Korea, 1932) is considered to be one of the leading artists of the twentieth century Korean avant-garde. Influenced by the religious and popular traditions of his country, he has developed a body of work derived from natural phenomena (such as wind and fire) or materials such as stone, rope or wood, as found in Godret Stone (1958) and Tied Stone (1960).

Cord and wood but also brass and leather reworked using traditional crafting techniques are the preferred materials of Leonor Antunes (b. Portugal, 1972). For this exhibition, she presents two suspended sculptures, Anni #14 (2013) and Discrepancies with X (2013). 

Nina Canell (b. Sweden, 1979) designs sculptural objects from building materials (concrete, nails, cables, neon) that she meticulously decontextualizes. Mid-sentence (2014) is composed of a concrete base on which lies a piece of telecommunication cable, connoting a lost connection. 

Richard Tuttle (b. United States, 1941) is internationally known for his sculptures composed of various elementary materials that defy classification or interpretation. His drawings such as Cognition (2010) reflect the same spirit: “To make something which looks only like itself”. 

Some works in the exhibition involve a simple and subtle artistic gesture. Since 1966, painting by Niele Toroni (b. Switzerland, 1937) represent nothing more than their own materiality. For Presque rien, he has made imprints of paintbrush no.50 repeated at regular intervals of 30 cm on three white sheets of paper pinned to a wooden frame on which one can read « Presque rien, c’est tout » (“almost nothing, that’s all”). 

Equally, for several decades François Morellet (b. France, 1926) has developed a practice which conforms to a continually renewing system. The neon sculptures from the Lamentable series are the result of the decomposition of a suspended circle in several segments,    deconstructing the geometric form. Untidily arranged at first sight, the arcs in fact form a perfect circle.

Rayyane Tabet (b. Lebanon, 1983) executes in situ Waiting for a Manifestation, a single gesture repeated thousands of times. The wall drawing which consists entirely of tally marks ; an ancient symbol which is universally recognizable and easily reproduced.

Le Désir n’est presque rien et pourtant… (Desire is almost nothing, however…) (2015) by Marine Hugonnier (b. France, 1969) is a 16 mm film about L’hermaphrodite endormi, a well-known antique sculpture from the collection of the Louvre. The film would be a simple sequence-shot except for its surprising and subtle special effects. 

The imperceptible is one of the main traits of the work of Koo Jeong A (b. South Korea, 1967). At the gallery, the artist uses crystal powder to reproduce the outlines of a drawing in Gravittaya (2015) and creates a low wall composed of hundreds of small magnets in Cedric & FRAND (2014-2015), a tribute to the architect Cedric Price.

The work of Cerith Wyn Evans (b. Wales, 1958) draws its inspiration from literature, philosophy and music and deploys light and sound as well as language. The chandelier We are in Yucatan and every unpredicted thing (2012/2014) subtly flickers to the rhythm of a soundtrack, which includes amongst other sounds the twittering of  birds.

Masks (Merkel) (2015) is a series of rose and flesh-coloured abstract paintings by Simon Fujiwara (b. England, 1982). Made exclusively with the high definition make-up products of German Chancellor Angela Merkel, each painting depicts a blown-up image of her face, in which we only perceive the ‘mask’. 

Sin título (muy ocupado hacienda nada) (2014) by Gabriel Sierra (b. Colombia, 1975) is a series specially created for the exhibition which explores the frontiers between art, design and architecture. Sierra continues his experimentations into the potential of everyday objects, they are here partially recognizable, almost abstract.


Press contact: Raphaële Coutant  /  raphaele@mariangoodman.com  / 0033 1 48 04 70 52
 
------
 
Presque rien 
du 5 juin au 31 juillet 2015
Vernissage vendredi 5 juin de 18h à 20h30 

La Galerie Marian Goodman est heureuse de présenter Presque rien, une exposition incluant une sélection d’œuvres de Leonor Antunes, Christian Boltanski, Carol Bove, Nina Canell, Lygia Clark, Simon Fujiwara, Marine Hugonnier, Koo Jeong A, Seung-Taek Lee, François Morellet, Gabriel Sierra, Rayyane Tabet, Niele Toroni, Richard Tuttle et Cerith Wyn Evans.

Si le rien évoque l’absence, le manque, le néant, c’est parfois à la lisière de ce rien que certains artistes excellent. Sous une apparente simplicité, leurs œuvres parviennent à nous toucher et à marquer nos esprits. Celles présentées dans  l’exposition (dessins, photographies, peintures, objets sculpturaux, sculptures ou film 16mm) partagent ainsi une esthétique du peu et un vocabulaire plastique épuré.

Avec de modestes petites boîtes d’allumettes, Lygia Clark (Belo Horizonte, 1920 – Rio de Janeiro, 1988), alors en convalescence, fabrique chez elle au milieu des années 1960 ses premières Estruturas de caixas de fósforos. Avec la série des Bichos,  ces structures modulaires font partie des œuvres les plus emblématiques de son travail. En aluminium, le Bicho Linear (1960) (bestiole en français) se présente comme un objet tridimensionnel et polymorphe, profondément organique selon Lygia Clark.

Christian Boltanski (né à Paris en 1944) utilise des matériaux récupérés tels que des photographies trouvées ou des vêtements usagés. Les Scratch (2010) sont réalisés avec des images de l’Album de la famille D. recouvertes d’un verre peint gratté par endroits, métaphores des souvenirs fragmentés de n’importe quelle famille. Caractéristiques du langage visuel de Boltanski, les petits cadres en fer blanc sont accompagnés d’une ampoule prodiguant à chacune des pièces une dimension mystique.

C’est en combinant des objets trouvés de natures et d’époques variées que Carol Bove (née en Suisse en 1971) crée de délicats arrangements qui brouillent notre appréhension du temps. Triangles (2015),  constituée de milliers de perles d’argent, occupe l’espace avec discrétion.

Connu pour ses « non-sculptures » ou « anti-sculptures », Seung-Taek Lee (né en Corée en 1932) est considéré comme l’un des artistes majeurs de l’avant-garde coréenne du XXe siècle. Imprégné par les traditions religieuses et populaires de son pays, il a développé une œuvre élaborée à partir de phénomènes naturels (le vent ou le feu) ou matériaux tels que la pierre, le cordage et le bois, comme l’illustrent les deux œuvres Godret Stone (1958) et Tied Stone (1960).

La corde et le bois mais aussi le cuivre ou le cuir sont les matières premières privilégiées de Leonor Antunes (née au Portugal en 1972) qui présente deux sculptures suspendues ; Anni #14 (2013) et Discrepancies with X (2013). Une des particularités de sa pratique réside dans l’utilisation de matériaux façonnés suivant des techniques artisanales. 

Nina Canell (née en Suède en 1979) conçoit des objets sculpturaux avec des matériaux de construction (béton, clous, câbles, néons) qu’elle détourne avec minutie. Mid-sentence (2014) est composé d’un socle en béton sur lequel repose un morceau de câble de télécommunication faisant allusion à une liaison ou connexion interrompue. 

Richard Tuttle (né aux Etats-Unis en 1941) est reconnu internationalement pour ses sculptures composées de divers matériaux élémentaires et échappant à toute classification ou interprétation. Ses dessins, à l’image de Cognition (2010), reflètent le même esprit : « Faire une chose qui ne ressemble qu’à elle-même ».

Certaines pièces de l’exposition impliquent un geste artistique simple ou subtil. Depuis 1966 la peinture de Niele Toroni (né en Suisse en 1937) ne représente rien et ne montre rien d’autre que sa propre matérialité. Pour Presque rien il réalise des empreintes de pinceau N°50 à intervalles réguliers de 30cm sur trois feuilles blanches punaisées sur un châssis en bois sur lequel on peut lire l’inscription « Presque rien, c’est tout ».  

François Morellet (né en France en 1926) développe également depuis plusieurs décennies un travail obéissant à un certain systématisme sans cesse renouvelé. Les sculptures en néon de la série Lamentable sont obtenues par la décomposition d’un cercle en plusieurs segments suspendus, déstructurant la forme géométrique. A première vue désordonnées, elles sont en réalité savamment conçues afin que les arcs forment un cercle parfait. 

Rayyane Tabet (né au Liban en 1983) réalise in situ Waiting for a Manifestation, un même geste répété des milliers de fois.  Le dessin mural représente un système de comptage ancestral et universel, compréhensible par tous et reproductible à l’infini.

Le Désir n’est presque rien et pourtant… (2015) de Marine Hugonnier (née en France en 1969) est un film 16 mm sur L’hermaphrodite endormi, célèbre sculpture conservée au Louvre. Le film ne serait qu’un plan séquence classique si de subtils effets spéciaux ne venaient nous surprendre. 

L’imperceptible est l’un des traits principaux du travail de Koo Jeong A (née en Corée du Sud en 1967).          A la galerie, l’artiste utilise de minuscules cristaux pour reproduire en pointillé les contours d’un dessin (Gravittaya, 2015) et crée un muret composé de centaines de petits aimants (Cedric & FRAND, 2014-2015) en hommage à l’architecte Cedric Price.

Le travail de Cerith Wyn Evans (né au Pays de Galles en 1958) prend sa source dans la littérature, la philosophie, la musique et utilise la lumière, le son aussi bien que le langage. Presque imperceptiblement, le chandelier We are in Yucatan and every unpredicted thing (2012/2014) s’illumine par intermittence au rythme d’une bande son constituée entre autres de pépiements d’oiseaux. 

Masks (Merkel) (2015) est une série de peintures abstraites aux tons rosés et chair de Simon Fujiwara (né en Angleterre en 1982). Exclusivement réalisée avec les produits cosmétiques spécifiques de la chancelière allemande, chaque peinture figure un plan très rapproché de son visage, dont on ne perçoit en réalité que le « masque ». 

Sin título (muy ocupado haciendo nada) (2012-2015) de Gabriel Sierra (né en Colombie en 1975) est une série qui explore les frontières entre art, design et architecture, réalisée spécialement pour l’exposition. Dans la continuité de ses expérimentations sur les différentes potentialités des objets du quotidien, les divers objets encastrés ici, partiellement reconnaissables, deviennent presque abstraits

Contact presse : Raphaële Coutant  /  raphaele@mariangoodman.com  / 01 48 04 70 52